230 logements sur les friches de Pulvermühle

Un tout nouveau quartier va voir le jour prochainement à Luxembourg-Ville. Situé à 12 minutes de l'ascenseur du Grund, il comprendra entre 200 et 230 logements au coeur des friches industrielles classées du Pulvermühle qui vont être transformées en un véritable cadre bucolique.

Luxembourg-ville va bientôt se doter d'un nouveau quartier au Pulvermühle: l'enquête publique est clôturée, le PAP et le PAG sont en train de se terminer et le dossier a été déposé auprès du ministère de l'Environnement pour l'assainissement du site. Tout est donc en bonne voie pour que l'endroit qui a jadis abrité Express Nettoyage à sec et héberge encore la société Secalt, puisse voir ses travaux débuter dans les prochains mois.

L'endroit, en bas du boulevard d'Avranches quand on se dirige vers Hamm, a été un lieu de sorties il fut un temps. La maison, ayant accueilli jusqu'à très récemment l'ambassade de Pologne, a été un restaurant gastronomique et une autre table a fermé ses portes il y a quelques années. Si bien que rue du Fort Dumoulin, on ne rencontre plus guère que les cyclistes du dimanche empruntant la piste qui longe l'Alzette jusqu'à Hesperange. 

C'est à cet endroit que la société ALLFIN a décidé d'investir afin d'implanter son dernier projet immobilier, une idée qui va complètement métamorphoser le quartier

Il faut dire que le promoteur immobilier belgo-luxembourgeois n'en est pas à son coup d'essai et a déjà oeuvré au Grand-Duché à travers des réalisations comme l'immeuble K-Point au Kirchberg, le Vertigo à la Cloche d’Or et finalise en ce moment deux projets situés à Hollerich entre la route d’Esch et la rue Lavandier. ALLFIN a également remporté le concours des Portes de l’Europe au Kirchberg où 150 logements verront le jour en 2016-2017. 

Pour Olivier Bastin, son directeur général, le jeu en vaut la chandelle car «le nouveau quartier se situera à seulement 12 minutes de l'ascenseur du Grund et sera bucolique, calme et offrant une typologie de produits diversifiée». 

Sur un peu moins de 3 hectares, 25.000 m² seront dédiés au résidentiel et 1.600 m² à des bureaux. L'endroit comptera donc 11 immeubles dont un où il y aura des lofts, et 15 à 20 maisons de différentes dimensions. En tout, le projet proposera 200 à 230 logements.» 

Respecter la mémoire du lieu. 

C'est donc dans un cadre naturel que s'inscrit ce projet immobilier soucieux de l'environnement et du patrimoine puisque les berges de l'Alzette seront aménagées et les bâtiments historiques présents sur le terrain, classés et protégés. 

Inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments nationaux, cinq bâtiments vont bénéficier d'un traitement spécifique de la part du promoteur. 

«Nous travaillons main dans la main avec ALLFIN» , précise Jean-Claude Schumacher, chargé du dossier auprès des Monuments nationaux, «Leur projet doit respecter l'aspect historique des différents bâtiments qui sont des témoins des premières industries». 

Et du côté d'ALLFIN, on a conscience de la richesse d'un tel site, «C'est d'ailleurs ce qui nous a séduits dans ce projet», poursuit Olivier Bastin, «Le lieu a un caractère historique que nous nous proposons de mettre en valeur à travers un concept innovant et des produits diversifiés comme des lofts. Le bâtiment des années 30 se prête à merveille à ce type de biens qu'on ne trouve pas vraiment à Luxembourg-ville: nous allons utiliser la mémoire du lieu pour proposer des produits qui collent à son âme». 

La bâtiment en question abrite les ateliers Secalt mais date des années 30 alors que les autres édifices ont été construits dans la seconde moitié du XIXe siècle à l'image de la Villa Conrot, bâtisse d'époque et qui était destinée à loger la famille du directeur du site industriel. 

Cette maison de maître ne sera pas divisée en appartements mais sera un seul logement », reprend le directeur d'ALLFIN, «son architecture cruciforme unique nous a poussés à opter pour ce choix. Cependant, le projet évolue encore et les discussions sont encore en cours quant à l'aspect définitif des bâtiments et des aménagements du site. 

Parmi les autres bâtiments datant également de la seconde moitié du XIXè siècle, on compte une ancienne teinturerie, une chaudière dont la cheminée à section carrée est intacte. Cette chaudière nommée Kesselhaus avait pour fonction de fournir l'énergie nécessaire pour mettre en oeuvre la mécanique de l'usine. L'endroit est devenu ensuite le local accueillant l'administration puis la cantine de l'usine. 

On trouve également des ateliers de la même époque qui présentent une toiture à sheds, c'est-à-dire une toiture en dents de scie formée d'une succession de toits à deux versants de pentes différentes, le plus court étant généralement vitré. 

«Ces ateliers sont d'autant plus précieux qu'ils sont les seuls de tout le site à témoigner des années 1930 et à montrer une autre facette des bâtisses de l'ère industrielle luxembourgeoise», conclut Jean-Claude Schumacher. 

Un site complètement assaini.

«Les contraintes supplémentaires que le terrain engendre de par sa situation et le fait qu'il soit un ancien site industriel sont des paramètres à prendre en compte dans l'équation mais n'enlèvent rien à l'intérêt du projet», finit le directeur d'ALLFIN, «La société Allfin s'est engagée à le dépolluer entièrement avant de débuter les travaux. D'ailleurs, nous sommes en rapport avec Luxcontrôle et le ministère de l'Environnement». 

Lydie Polfer, bourgmestre de la capitale, a d'ailleurs été claire à ce sujet lors du vote de la modification du PAG qui a été adopté cet été malgré deux abstentions: «Il n'y aura pas de permis de construire sans assainissement de l'ancien site industriel». 

Le tout devrait redonner vie à cette partie de la capitale qui mis à part les stations-service du boulevard d'Avranches, les quelques riverains et les cyclistes du dimanche ne connaît plus vraiment de passage depuis un certain temps. 

Le début de la première phase des travaux est prévu pour début 2017 et le site pourrait accueillir ses premiers habitants fin 2019, début 2020.

(C) Virginie Orlando - Wort.lu

 

Souhaitez-vous en apprendre plus sur ce projet?